Rapport Anglade


Après une étude des contraintes sur la charpente (toiture, ferme, poteaux intérieurs) le rapporteur propose de faire une étude des conditions d'enneigement et d'associer étroitement les gardiens à toute étude, voire à la réalisation des ouvrages.

Parois : la rigidité est due aux seules couches de bois intérieuir et extérieur, les haubans sont vitaux et doivent être rapidement retendus.

Les planchers : pas d'anomalie "les constructeurs de l'époque savaient dimensionner à l'économie".

Les poteaux : partie extérieure saine mais les rayons ultraviolets ont détruit la surface extérieure.

L'archicture : lorsqu'on aborde le site dit le rapporteur on est impressionné par l'opposition entre la précarité de la construction et la violence du site. Ici le refuge n'est pas la marque de l'homme maître de l'univers mais celle de l'infime admirateur, Quant aux ouvertures : elles laissent entrer juste ce qu'il faut comme lumière comme si la montagne était trop grande pour entrer par cette fenêtre... Le bois usé des bats-flancs "nous émeut". Ce lien au passé fait de toutes les cordées qui sont passées ici une seule cordée d'useurs de fond de culotte.

Futur : apporter quelques améliorations, possibles en conservant la structure actuelle. Mais en le transformant garde-t-on encore trace de l'oeuvre des constructeurs. A moins que l'on ne conserve l'esprit de leur réalisation par la connaissance des matériaux du terrain...des anciens.

Conclusion du rapporteur.  "Rendre hommage  aux constructeurs de 1910, ce ne peut-être en aucune façon remplacer un ouvrage témoin d'une époque d'austérité, sinon de manque par un symbole de notre société d'abondance et de sécurisation systématique. La permanence de la montagne n'est qu'apparente : telle fissure disparait, les glaciers coulent et rétrcissent. Afficher en face lma permanence des ouvrages humains : n'est-ce pas dérisoire ? Bien plus interressante la permanence du courage et de l'ingéniosité, du gout, de la justesse. En sommes-nous capables aujourd'hui."
 


Retour à la page d'acceuil